Payer moins d’impôts : bénéficier des dispositifs de défiscalisation

Si vous êtes à la recherche d’un bon investissement tout en bénéficiant d’une réduction d’impôts importante, découvrez et adoptez les dispositifs de défiscalisations suivants.

 

En terme simple, la défiscalisation consiste à effectuer un placement dans le domaine de l’immobilier en contrepartie d’un avantage fiscal. Le dispositif concerne l’investissement dans un bien neuf en passant dans un immeuble en réparation, dans un patrimoine historique et bien d’autres encore. Il est notoire que chaque loi de défiscalisation est soumise à de nombreuses conditions bien précises mais réalisables. De même, le taux de réduction d’impôt varie d’une loi à l’autre.

 

La loi de défiscalisation immobilière Pinel

 

Si c’est l’investissement dans le bien neuf qui vous intéresse, le dispositif Pinel est ce qu’il vous faut. Ce dernier encourage la construction ou bien l’achat d’un logement neuf dans certaines zones de la France où les besoins en immobilier sont largement supérieurs aux offres disponibles.

 

Mis à part l’achat et la construction d’un bien, la loi Pinel requiert à ce que le propriétaire met le dudit bien en location. Encore faut-il que le taux de réductions des impôts à gagner dépende grandement de la durée de cet engagement locatif. En effet, le gain fiscal issu de ce dispositif peut aller de 9 % à 21 % de montant total de l’investissement. Si vous souhaitez en savoir davantage, vous êtes invité à consulter le site guide-epargne.com.

 

Certes, cet investissement dans la pierre avec la loi Pinel est limité à 63 000 €. Toutefois, si l’investisseur en question est une association composée par quelques contribuables. En d’autres mots, l’engagement en Pinel est réalisé dans le cadre d’une Société Civile Immobilier, le montant du seuil d’investissement peut atteindre jusqu’à 300 000 € par associé.

 

Le dispositif Censi-Bouvard

 

Tout comme la loi Pinel, le dispositif de Censi-bouvard concerne aussi le placement dans l’immobilier neuf pour ensuite le faire louer. Seulement, leur différence réside sur le fait que l’immeuble engagé en Censi-Bouvard doit être meublé et localisé dans une résidence de service. Cela dit, l’appartement en question est spécialement dédié aux voyageurs, aux étudiants ainsi qu’aux personnes âgées.

 

Parmi les autres conditions d’acquisition du bénéfice fiscales en est l’engagement de l’acquéreur pour la mise en location de son bien durant 9 ans. De cette manière, ce dernier profite d’une réduction fiscale de 11 % de la valeur totale de son investissement. À cela s’ajoute la récupération d’une TVA de 20 % sur les 9 ans.

 

Sachez-en outre que la fiscalité régissant l’investissement locatif meublé neuf varie aussi selon le statut auquel le propriétaire s’est enregistré. Effectivement, ce dernier a le choix entre le statut LMP (Loueur Meublé Professionnel) et le statut de LMNP (Loueur Meublé non Professionnel). La validation de souscription à l’un de ces régimes dépend du montant annuel des revenus locatifs perçus.

 

Les lois Malraux et des Monuments historiques

 

Les lois Malraux quant à eux, ne s’appliquent qu’aux anciens immobiliers se trouvant souvent au cœur des villes. La condition d’obtention d’une fiscalité allégée avec ce dispositif est la suivante : acheter pour ensuite aménager un patrimoine en ruine. Bien évidemment, une fois rénové, ce dernier doit être mis en location, et ce pendant une durée égale à 9 ans.

En ce qui concerne l’ampleur des travaux de réparation à effectuer, sachez qu’il faut aménager intégralement le bâtiment. Il s’agit entre autres de la rénovation de la plomberie, de la peinture et du plafond.

Pour ce qui est du locataire éligible à louer le bien, ce dernier ne doit pas faire partie de la famille du propriétaire. Une autre condition est aussi qu’il utilise l’immobilier comme étant sa résidence principale. À noter par ailleurs que seuls les résidents fiscaux français peuvent bénéficier de la défiscalisation Malraux.

 

 

Comment enregistrer un compte bancaire avec paypal ?
Emprunter sans son banquier : tout savoir sur les crédits alternatifs