Que peut-on déduire de ses impôts ?

Qu’il soit vos dépenses de crèche, dépenses d’école, ou dépenses d’entretien de vos progénitures majeures, ou de vos parents qui sont âgés… Qu’il s’agisse de vos dépenses de crèche, d’école, d’entretien de vos enfants majeurs ou de parents âgés, des dons…, les allègements que vous alléguez à vos proches résultent un avantage fiscal.

Les avantages 

Comme chaque année, vous devriez vous garantir que les sommes indiquées sont exactes, les changer si nécessaire, et, si l’occasion se présente, reporter les autres bénéfices de votre foyer fiscal dont le fisc n’en rend pas compte. Il vous incombe aussi d’énoncer toutes les situations, dépenses et charges susceptibles d’avoir une conséquence sur le calcul de votre contribution, par une flambée  de votre quotient familial, un abattement de vos revenus, une réduction d’impôt ou un crédit. Si on a des enfants scolarisés, on peut prétendre, pour chaque enfant, à une dévaluation d’impôt à titre forfaitaire si ces derniers sont collégiens ou lycéens ou universitaires. Une déclaration de revenus sur le nombre d’enfants scolarisés suffit. On peut même bénéficier du Frais à réduire de ses impôts ou de cette déduction pour un enfant ayant un âge majeur rattaché au foyer fiscal. Si l’enfant est devenu majeur en 2013, on doit le rattacher au foyer fiscal pour la période ultérieure à son anniversaire. Si une femme mère s’est séparée du père de ses enfants, ou lorsque vous êtes un père séparant de la mère de vos enfants, vous pouvez rabattre la pension alimentaire payée régulièrement pour eux. Les parents d’un enfant ayant atteint sa majorité peuvent poursuivre à le joindre à leur foyer d’impôts jusqu’à ce qu’il atteigne l’âge de 21 ans.

L’état d’un parent isolé

Si vous êtes seul pour élever vos enfants, vous avez le plein droit à une part entière du pourcentage familial pour votre premier enfant. En contrepartie, vous pouvez en tirer profit même si vous vivez en couple ou si vous hébergez un ami ou un parent toute l’année ou en partie. Faites quand même attention, cette attribution n’est pas accordée systématiquement. Il faut que vous cochiez la case « parent isolé » sur la déclaration.

Et si on vit seul ?   

Si vous vivez seul, et que personne n’est à votre charge, vous pouvez autant bénéficier d’une moitié supplémentaire.  Pour cela, la condition est qu’on ait élevé seul ou de nombreux enfants durant au moins cinq ans. L’intérêt maximal obtenu par cette demi-part est similaire à celle de l’année dernière.  Mais par contre, si vous n’en avez pas eu, durant au moins cinq ans, l’allégeance de parent isolé, vous ne pouvez plus revendiquer. 

 

Loi Pinel et investissement locatif : comment en profiter ?
Loi sur les monuments historiques pour baisse ses impôts, en quoi ça consiste ?